POURQUOI?

Une entorse de cheville n’est pas un événement anodin et peut aboutir en cas de prise en charge inadaptée à des douleurs chroniques votre cheville.

Il est normal qu’une entorse de cheville vous fasse souffrir entre 4 et 6 semaines même avec une prise en charge optimale.

Cependant si les douleurs persistent au delà de 10 à 12 semaines, il existe potentiellement une complication.

 

 

Plusieurs pathologies secondaires à votre entorse peuvent expliquer la persistance de douleurs
  • Les conflits de cheville :

Lors d’une entorse, les « tissus mous » de la cheville (ligaments, paroi de l’articulation, …) peuvent être abimés ou déchirés. Ils vont donc devoir cicatriser dans les semaines suivant l’entorse. Parfois cette cicatrisation ne se fera pas de manière optimale et aboutira à une volumineuse cicatrice épaisse et douloureuse à l’intérieur de l’articulation. Cette volumineuse cicatrice pourra venir se « coincer » dans l’articulation et générer des douleurs par inflammation : c’est le conflit tissulaire.

De la même manière, l’os va pouvoir également être lésé et générer une butée : c’est le conflit osseux.

Ces conflits osseux et tissulaires se manifestent par des douleurs d’apparition progressives présentes initialement lors de la pratique d’activités sportives ou soutenues  et devenant petit à petit permanentes.

  • Les lésions ligamentaires (cf. instabilité chronique) : une cheville instable va également pouvoir générer des douleurs. En effet, en cas de lésions ligamentaires, la cheville ne va pas être maintenue de manière optimale. Il va exister des micromouvements parasites dans l’articulation à l’origine de douleurs.
  • Les lésions cartilagineuses : Le cartilage articulaire est une structure permettant aux os de bien « glisser » l’un sur l’autre au sein de l’articulation. Si ce cartilage est abimé lors de l’entorse, l’articulation ne va pas fonctionner de manière optimale et générer des douleurs.
  • Une atteinte des tendons fibulaires : Les tendons fibulaires sont des tendons qui passent en arrière de la malléole externe. Lors d’un mécanisme d’entorse, ces tendons vont pouvoir se fissurer et/ou se luxer en avant de la malléole externe par rupture de la paroi qui les maintient normalement en arrière de la malléole externe.

 

Dans les suites les tendons vont faire « essuie glace » sur la malléole externe et entrainer une inflammation et des douleurs.